BMT

News

2/27/2019
Le probiotique gagnant
Avec le bon probiotique, vous pouvez combattre l'inflammation, activer le métabolisme, réguler la tension artérielle, réduire les allergies et améliorer l'humeur.

Les recherches actuelles confirment chaque jour davantage que l’équilibre du microbiote, c’est-à-dire de la flore intestinale, permet d’améliorer le fonctionnement de l’organisme et notamment le système immunitaire.

Cela signifie que la simple prescription de probiotiques (parfois appelés “ferments lactiques” même si ce n’est pas tout à fait exact) peut obtenir des effets comparables à ceux d’un médicament réel.

Bref, il ne suffit plus de “prendre des bactéries lactiques” comme le disaient nos grands-mères, mais par la sélection de souches bactériennes individuelles et leur administration, pour obtenir des effets métaboliques, hormonaux et immunologiques ainsi qu’une action anti-inflammatoire intense.

L’un des ouvrages de référence relatifs à l’action de certaines souches bactériennes est celui publié à nouveau en 2008 dans PLoS Pathogens, qui confirme la spécificité du microbiome pour obtenir les effets désirés.

L’intestin et ses réactions sont donc de plus en plus au centre de l’équilibre inflammatoire de l’organisme. L’inflammation intestinale, selon le type d’aliment utilisé et les habitudes alimentaires, peut, par exemple, vraiment faire la différence entre ceux qui prennent du poids sans comprendre pourquoi et ceux qui peuvent manger (parfois en abondance) sans prendre un gramme.

Par ailleurs, la plupart de l’action thérapeutique des probiotiques peut s’exprimer contre les allergies.

Une étude sur la guérison d’un rhume des foins ou d’une dermatite en combinant une alimentation adéquate avec un probiotique spécifique a été publiée en 2014 dans le European Journal of Clinical Nutrition, démontrant qu’un probiotique spécifique est capable de traiter efficacement la rhinite allergique des adultes et enfants au moins de 2 mois d’utilisation du produit.

Cette étude réalisée par des chercheurs français, allemands et danois, portait en particulier sur le Lactobacillus Paracasei, présent notamment dans le lait et le fromage et qui peuvent vraiment faire une différence dans le résultat clinique.

Chaque bactérie a donc un nom qui lui est propre et une action qui la caractérise.

De plus en plus, sont considérées de nouvelles souches de bactéries qui remplissent des fonctions spécifiques et qui peuvent devenir de puissants alliés, même sur le chemin de la conquête de la tolérance.

Pour comprendre mieux leurs fonctions,

Les travaux d’un groupe australien dont les résultats ont été publiés dans le JACI, ont montré que le rétablissement de la tolérance orale aux allergènes alimentaires, même dans le cas d’allergies graves dues à un choc anaphylactique (tel que celui des arachides américaines), est facilité par l’administration simultanée d’un probiotique.

Dans ce cas, la rééducation à la tolérance, activée par la réintroduction graduelle de nourriture à partir de petites doses, a été grandement facilitée par l’administration simultanée de Lactobacillus rhamnosus.

Le probiotique agit donc sur tout un équilibre organique, pas seulement comme un antihistaminique, comme cela peut aussi être le cas.

Le traitement d’une rhinite, et donc de nombreuses autres formes allergiques, peut passer par l’administration d’un probiotique spécifique.

La voie est en effet la suivante: l’utilisation de souches bactériennes sélectionnées permet une action orientée sur le système immunitaire et la paroi intestinale. Des vieux ferments lactiques, nous passons à des probiotiques spécifiques, pour obtenir des effets curatifs autrefois impensables sur certaines maladies.

Bien sûr, c’est un peu plus précis que les remèdes de grand-mère mais finalement elle a souvent raison.